Eléments de langage de Madame Nezha EL OUAFI, Secrétaire d’Etat chargée du Développement Durable Au Side Event de Haut Niveau sur l’Action pour l’Eau et le Climat 27 mars 2019, New York

PHOTO 2 redi 28 03 2019

- Le Maroc est honoré d’avoir co-sponsorisé ce Side Event.

Remerciement des autres co-sponsors et en particulier le Tadjikistan et l’ensemble des Etats membres qui contribuent à promouvoir la Décennie Internationale d'Action pour l’eau et pour le Développement Durable. Mes remerciements vont également à toutes les instances des Nations Unies qui travaillent de prêt avec l’ensemble des parties prenantes sur la mise en œuvre effective de l’ODD 6 sur l’eau et de l’ODD 13 sur le climat à l'échelle mondiale, régionale et nationale.

- Ce Side Event se tient dans un contexte très particulier après l’adoption de la feuille de route pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris lors de la COP24 et après la présentation du dernier Rapport du Groupe Intergouvernemental des Experts sur l’Evolution du Climat ( - 1,5 ° C) .

- Les résultats très positifs de la COP 24 n’auraient jamais pu être obtenus sans le soutien de Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU, M. António GUTERRES, la présidence de la COP 24 et toutes les parties prenantes.

- Notre mobilisation collective depuis novembre 2016 lors de la COP 22 à Marrakech a aussi rendu possible ce qui était pensé irréalisable.

- Le débat que nous menons ensemble aujourd’hui, en lien, avec les ressources en eau traduit notre détermination collective et l’engagement de nos pays pour poursuivre les efforts déployés en matière de gestion durable des ressources en eau permettant ainsi de joindre la parole à l’action !

- Depuis les années 60, le Maroc a entrepris une politique volontariste d’aménagement des ressources en eau, notamment par la construction de barrages, en vue d’assurer l’alimentation en eau potable des populations et d’étendre l’irrigation sur une superficie de 1 million d’hectares.

- Cette politique, dont la pertinence est reconnue mondialement, a permis des succès indéniables en matière de sécurité d’approvisionnement des populations urbaines en eau potable (pas de coupures même pendant les sécheresses les plus sévères) et de développement des potentialités agricoles du pays (périmètres irrigués contribuant à plus de 45% de la valeur ajoutée agricole).

- Le changement climatique est aujourd’hui une réalité au Maroc et ses conséquences sont déjà visibles sur notre environnement. L’augmentation des températures et la diminution significative des précipitations constatée au cours des quarante dernières années ont diminué de façon significative les apports d’eau, la recharge des nappes souterraine, les fournitures d’eau d’irrigation et la production hydroélectrique.

- Les études réalisées en matière de changement climatique et les projections issues de l’utilisation des plateformes disponibles pour le Maroc, décrivent par rapport à la période de référence une hausse des températures qui pourrait se situer entre 2,5º et 3.8°C à l'horizon 2050 et une diminution des précipitations moyennes qui pourrait être comprise entre 10 % et 15 %.

- Le Gouvernement Marocain a déjà réalisé des projets, programmes, stratégies et politiques d’adaptation au changement climatique (stratégie nationale de lutte contre les effets des changements climatiques, stratégie nationale de développement durable, Stratégie Nationale de l’eau, Programme National d’économie d’eau dans l’irrigation, des projets de dessalement de l’eau de mer et de réutilisation des eaux usées épurées, préparation de trois communications nationales …..).

- Le Programme National d’Assainissement Liquide et d’Epuration des Eaux Usées (PNA) a permis d’atteindre un taux d’épuration des eaux usées de 45,4% et la réalisation de 140 stations de traitement des eaux usées (STEP) et émissaires dont 55 avec le traitement tertiaire. 84 STEP sont en cours de réalisation dont 1 avec le traitement tertiaire.

- Il est à signaler que le PNA est en cours de révision pour intégrer les centres ruraux prioritaires du Programmes National d’Assainissement Rural (PNAR). Le nouveau Programme sera lancé incessamment sous le nom du Programme National d’Assainissement Liquide Mutualisé (PNAM) et concernera 154 villes et 1207 centre émergents dans le monde rural avec la généralisation du traitement tertiaire ce qui permettra la réutilisation de près de 1 milliard de mètre cube d’eau traitée.

- Le secteur de l’eau a un rôle à jouer dans les politiques de lutte contre les changements climatiques, en limitant la consommation d’énergie du secteur (atténuation), mais surtout en intégrant la dimension climatique dans la gestion de la ressource (adaptation).

- Le changement climatique s’apparente dans une large mesure à un changement des paramètres de l’eau, et l’eau est le principal vecteur par lequel les effets des changements climatiques se font sentir. La coopération dans le domaine de l’eau est donc essentielle doit se produire à tous les niveaux, du local au global.

- C’est pourquoi le Maroc a toujours mis en exergue le besoin de renforcer la coopération régionale et internationale pour promouvoir l’utilisation durable des ressources en eau et assurer la sécurité alimentaire.

- Dans cet esprit, Le Maroc avait co-sponsorisé la résolution intitulée « la Décennie internationale pour l’action 2018-2028 » adoptée par l’Assemblée Générale le 22 décembre 2016, car il partage la même conviction qui considère l’eau comme élément essentiel pour atteindre les objectifs du développement durable.

- Le Royaume du Maroc a lancé la Coalition Marocaine pour l'Eau « COALMA », qui se définit comme un espace fédérateur, de synergie, d'échange et de partage entre les acteurs publics et privés de l'eau destiné à contribuer, à pérenniser et à valoriser durablement les ressources en eau et à les utiliser d'une manière responsable.

- « COALMA » a été élue au Conseil des Gouverneurs du Conseil Mondial de l'Eau à l'occasion de sa 8ème Assemblée Générale qui s'est tenue à Marseille le vendredi 30 novembre 2018.

- La NDC du Maroc (ou contribution déterminée au niveau national) mise notamment sur une transformation profonde du système énergétique marocain, mais embrasse également la question de l’adaptation et l’érige même en priorité, du fait des projections qui indiquent que le climat va devenir de plus en plus aride, en raison d’une baisse de pluviométrie, d’une augmentation de température et de l’apparition plus fréquente d’événements extrêmes.

- Compte tenu de l’importance du secteur de l’eau et des effets du changement climatique sur cette ressource, la NDC du Maroc est fortement alignée avec l’ODD 6, à travers 13 activités d’adaptation. L’atteinte des objectifs de la NDC et de l’ODD 6 est indissociable et les 2 agendas sont complémentaires.

- Pour conclure, j’aimerais réitérer mes remerciements au Tadjikistan et à l’ensemble des Etats Membres et parties prenantes qui mobilisent les efforts des gouvernements, des institutions des Nations Unies, des organisations internationales et non-gouvernementales, à tous les niveaux pour la mise en œuvre efficace des Objectifs de développement durable liés à l'eau et son lien étroit avec le changement climatique. Vous pouvez compter sur le soutien continu et l’engagement du Maroc dans ces efforts et dans la mise en œuvre effective des objectifs de développement durable sur le terrain et pour le bénéfice de tous.

PHOTO 1

Tous Ecolos

Tous Ecolos

ONG

ONG